Le livre noir du véganisme

Louise Kahor
L’alimentation dans les pays industrialisés se met depuis quelques décennies à la mode de l’exclusion. Le végan refuse l’utilisation de tout produit d’origine animale, non seulement dans son alimentation, mais aussi dans tous les aspects de sa vie quotidienne : l’habillement, l’hygiène, la maison, la santé, etc. Si les raisons invoquées par le véganisme sont le bien-être animal et la préservation de l’environnement, peut-on au final considérer que le contrat est rempli ? Le véganisme en pratique, dans son exclusion catégorique de tout produit d’origine animale, ne répond favorablement, ni à ses revendications environnementales, ni à sa volonté de défendre la cause animale. Le véganisme aboutit à des conséquences parfois plus délétères que le système auquel il s’oppose. Le retour à une certaine modération, et surtout à un réalisme écologique, apparaît plus que nécessaire.
Food in industrialized countries has recently adaopted an exclusion pattern. Vegans refuse to use any product of animal origin, not only in their food, but also in all aspects of their life: clothing, hygiene, home, health, etc. Veganism has consequences sometimes more deleterious than the system it opposes. The return to a certain moderation, and especially to an ecological realism, appears more than necessary.
Kiwi | 16 x 22 |160 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.